Back home!

A l’heure actuelle, tous les membres de l’expédition sont rentrés chez eux et ont récupéré leurs bagages.

Continent 8 et le Spéléo Club d’Yekaterinburg adressent un grand merci aux partenaires sans lesquels cette expédition n’aurait pu être possible dans les même conditions!
– Ministère Ouzbèque du Tourisme et des Sports (@motas.uz)
– Embassade d’Ouzbékistan à Paris (@ouzbekistan.fr)
– Embassade de France à Tashkent (@ambafrancetachkent)
– Cabesto (@Cabesto)
– Bourses Expé (@BoursesExpe)
– Petzl (@Petzl)
– Béal (@beal.official)
– Katadyn Outdoors (@katadynoutdoors)
– Ville de Grenoble (@VilledeGrenoble)
– Alpine Mag (@alpinemag)
– Comité départemental de spéléologie de l’Ariège (09)
– Comité départemental de spéléologie du Doubs (25)
– FFCAM (@FFCAM.clubalpinfrancais)
– Spéléo Magazine (@speleomagazine)
– Jaws Company (www.jaws-company.com)

Un grand merci à tous ceux qui ont suivi nos 3 semaines d’aventure via les mises à jour régulières sur le site Internet de l’expédition et la page Facebook @Continent8.

Les résultats de l’expédition seront publiés sous peu.

Les membres de l’expédition Boy-Buloq 2021

La bonne étoile! / Lucky star !

FR: Dimanche 22 aout restera une date épique de notre périple de retour d’Ouzbékistan.
Dès 5 heures du matin, l’aéroport de Tashkent est bondé. Alexandre, Mitja et Primož décollent à intervalles réguliers pour Istanbul. Ils passent les contrôles sans encombres malgré qu’aucun d’eux n’ait de test PCR valable.
Les avions sont tous retardés et certains annulés du fait d’une augmentation exceptionnelle de traffic lié aux évènements en Afghanistan. En effet, l’aéoroport de Kaboul ne pouvant plus accueillir les vols internationaux, beaucoup d’entre eux sont redirigés sur Tashkent qui assure ensuite le pont aérien.
Nous faisons la queue à l’enregistrement dès 07h00 pour le vol de 09h40. A 09h30 près d’un quart des passagers ne sont toujours pas enregistrés…
Au guichet, c’est la douche froide! La compagnie obligent les ressortissants non-russes à fournir un test PCR quelque soit la destination! Il nous reste 10 minutes pour trouver une solution et espèrer embarquer…
Peu avant 10h, c’est chose faite! Tests PCR en poche nous passons les controles et courons à l’embarquement. Vadim et Genia, qui étaient restés avec nous, nous facilitent les accès et finalement à 10h20 nous entrons dans l’appareil qui partira avec un retard d’une heure.
Une heure de retard, cela nous laisse au mieux 20 minutes pour changer à Moscou et embarquer dans le vol suivant à destination de Genève. Autant dire que c’est pratiquement impossible vu les contrôles.
A l’aterrissage, nous sommes sur les starting blocs et dès que la porte s’ouvre nous courrons vers l’avion pour Genève sans même dire au revoir aux russes. Si nous loupons l’avion, nous reviendrons les saluer.
Au portique, une femme nous attend. Elle est au courant de la situation, la porte se ferme dans moins de deux minutes et il reste encore le contrôle des bagages cabines à passer. Nous posons les sacs, passons le portique et courons vers l’avion que nous atteindrons à la dernière minute!
Au hublot, Martin et Théophile aperçoivent nos sacs sur un chariot. Ils viennent vers l’appareil mais manifestement un type en charge de la soute leur fait faire demi-tour. Retour au hangar. C’est trop-tard pour les sacs! Tant pis, nous réglèrons la situation à Genève.
De son coté, Alexandre passe les connexions à Istanbul sans encombres et aterrit vers 17h30 à Barcelone. Il lui reste encore à rentrer en bus sur Toulouse qu’il atteindra vers 3 heures du matin.

Une bonne étoile nous aura accompagné toute cette journée du 22 et nous ne remercions jamais assez nos amis russes de nous avoir sauvé la mise à l’aréoport. Sans leur intervention, à cette heure nous serions encore à Tashkent.

A l’entrée de Boi-Buloq / Standing at the entrance of Boi-Buloq

Il est maintenant temps de faire le bilan de cette expédition 2021 à défaut de pouvoir déballer nos sacs – encore à Moscou à l’heure qu’il est!

ES: Sunday August 22 will remain an epic date of our journey back from Uzbekistan.
From 5 o’clock in the morning, the airport of Tashkent is crowded. Alexandre, Mitja and Primož take off at regular intervals for Istanbul. They pass the controls without any problems, although none of them has a valid PCR test.
The planes are all delayed and some cancelled due to an exceptional increase in traffic due to the events in Afghanistan.
Indeed, the Kabul airport can’t welcome international flights anymore, so many of them are redirected to Tashkent which then provides the air bridge.
We are lined up at the check-in desk as early as 07:00 for the 09:40 flight. At 09:30 am almost a quarter of the passengers are still not checked in…
At the counter, it’s a cold shower! The company obliges non-Russian nationals to provide a PCR test whatever the destination! We have 10 minutes to find a solution and hope to board…
Shortly before 10am, it’s done! We pass the controls and run to the boarding. Vadim and Genia, who stayed with us, help us to get in and finally at 10:20 we enter the plane which will leave with a one hour delay.
One hour late, that leaves us at best 20 minutes to change in Moscow and board the next flight to Geneva. This is almost impossible because of the controls.
At the landing, we are on the starting blocks and as soon as the door opens we run towards the plane for Geneva without even saying goodbye to the Russians. If we miss the plane, we will come back to greet them.
At the gate, a woman is waiting for us. She is aware of the situation, the door closes in less than two minutes and there is still the cabin baggage check to pass. We put our bags down, go through the gate and run towards the plane that we will reach at the last minute!
At the window, Martin and Théophile see our bags on a cart. They come towards the plane but obviously a guy in charge of the hold makes them turn back. Back to the hangar. It’s too late for the bags! Too bad, we will settle the situation in Geneva.
On his side, Alexandre passed the connections in Istanbul without any problem and arrived in Barcelona around 5:30 pm. He still has to take the bus back to Toulouse, which he will reach around 3 am.

A lucky star accompanied us all day long on the 22nd and we can never thank our Russian friends enough for having saved our lives at the airport. Without their intervention, at this time we would still be in Tashkent.

It is now time to take stock of this 2021 expedition, for lack of being able to unpack our bags – still in Moscow at this time!

Sur la route du retour !

Veuillez nous excuser d’avoir publié les informations reçues le 16/08 uniquement sur facebook. Le post est disponible : https://www.facebook.com/Continent8/

D’une manière générale, tout va bien. Le retour à civilisation déclenche des petits problèmes d’estomac.

Mardi 17 : La fin du camp approche et son cérémonial vient de commencer. Une partie de la journée est consacrée au nettoyage et tri du matériel collectif. Une petite visite de BearCave est réalisée pour faire des photos et topographie. Pas d’ours en vue !
Vers 18h, une équipe rentre dans Vishnievskii pour aller à la rencontre de l’équipe remontant du fond. Tout le monde est dehors à 1h du matin. A ce moment précis, la magie Boy Bulokien, pas d’autre explication car la zone n’est pas encore couverte par Deliveroo, fait apparaitre des pizzas et du cognac !

Mercredi 18 : Rangement du camp de base et inventaire du matériel collectif. Pour se dégourdir les jambes, une nouvelle visite de BearCave est faite pour finir la topo. Dernière soirée au camp.

Jeudi 19 : le cérémonial continu avec l’arrivé des ânes et les retrouvailles avec les muletiers.  Une fois chargés, la descente éprouvante vers Dehibolo peut commencer. Mais à l’arrivée, tous le monde sait qu’il y aura la maison de Sadik grande ouverte avec des fruits et graines en tout genre.
Arrivée vers 16h chez Sadik. Une « chèvre passant par-là » est attrapée et…. le repas est servi vers minuit après une cuisson faite à l’étouffée pendant plusieurs heures !

Vendredi 20 : Chargement du camion pour mettre le gap sur Boysun. De là un bus amènera toute l’équipe à Samarkand (arrivée prévue ce soir). S’ensuivra le restaurant de fin d’expédition avec les nombreux toasts de remerciement. Bonne chance à l’équipe française pour tenir la cadence !

Et la jonction dans tout cela ?? Suite au prochain épisode !

Objectif jonction!

Les données topographiques remontées par Arnaud, Martin, Théophile et Laurence indique que les deux cavités (Boy Bulok et Vishnievskii) se trouvent à 100 m de distance. Tout le monde va donc se concentrer sur cet objectif. Un système de communication par le sol avec le fond de Vishnievskii est opérationnel. Des vacation radio sont organisées entre la surface et le fond.
Globalement tout va bien, pas de problème d’estomac.

Jeudi 12 août : Journée de repos au camp de base les jours passés sous terre. Au programme, douche est préparation de la suite… Visily et Artem sont sortis de Vishnievskii.

Vendredi 13 août : Martin, Théophile et Vadim rentre sous terre pour ravitailler l’équipe au fond de Vishnievskii.  Aller/retour prendra 3 jours !
Une autre équipe (Arnaud,Alex, Pauline et Laurence) repartent explorer le fond de Boy Bulok avec du matériel pour élargir les passages étroits. L’objectif est de faire au minimum une jonction sonore. Un bivouac de 4 jours est prévu.

Vasily, Larisa et Primõz redescendent au village de Dehibolo pour retourner en Russie. Primõz restera au village pour faire des recherches sur Mustafa. La dépouille de Mustafa a été retrouver dans les années 80 au sommet d’un puit dans Boy Bulok. Il n’avait pu faire ressortir car sa lampe à pétrole était cassée.